PV organique : n’ayant pas convaincu les énergéticiens français, les actifs d’Asca s’exportent en Allemagne - PV SOLAIRE ÉNERGIE

PV organique : n’ayant pas convaincu les énergéticiens français, les actifs d’Asca s’exportent en Allemagne

Armor a cédé les actifs d’Asca GMBH à la société de construction allemande Hering. L’entreprise bretonne pourra continuer d’utiliser la propriété intellectuelle d’Asca et se concentrera sur la production de bobines photovoltaïques organiques semi-finies, notamment pour fournir Hering et d’autres clients.« Cette innovation de rupture n’ait pas reçu le soutien attendu des énergéticiens français et des pouvoirs publics nationaux et régionaux en France », regrette Hubert de Boisredon, Président-Directeur général d’Armor Group, au sujet des technologies de sa marque de PV organique Asca.
Le groupe breton vient en effet d’annoncer la vente d’Asca GmbH au groupe de construction allemand Hering qui récupère ainsi les stocks de matières premières, les équipements du site allemand, la propriété intellectuelle, le site web et la marque Asca. Les expertises liées au free-form et aux modules OPV (encapsulation, connectiques, fonctionnalisation…) passent ainsi dans le giron allemand.
Armor se concentrera désormais sur la fabrication de bobins de films photovoltaïques organiques, en utilisant la propriété intellectuelle d’Asca. L’accord de cession de sa société s’est ainsi doublé d’un contrat de « Toll Manufacturing » puisqu’Armor livrera ces bobines (jumbos) à Hering, en plus d’autres clients en Europe.
Les produits OPV développés à partir des technologie d’Asca devraient ainsi trouver leur marché en Allemagne et à l’étranger, notamment au bénéficie des clients d’Hering, qui a toutefois reconduit le contrat de travail d’une grande partie de l’équipe d’Asca. « Outre le secteur de l’architecture et de la construction, les solutions d’ASCA intéressent notamment les entreprises opérant dans le secteur de la mobilité et de ses structures, dans le design des produits, l’électronique, l’art et la mode », affirme le groupe allemand dans un communiqué.
Le montant de la transaction n’a pas été divulgué, mais Hering a affirmé vouloir étendre le site de Kitzingen et chercher particulièrement de nouveaux débouchés dans le secteur de la construction, notamment via des projets avec les entreprises ferroviaires, les communes et des acteurs privés. « Avec la technologie d’ASCA, nous pouvons faire des bâtiments des sources actives d’énergie et continuer à réduire leur empreinte sur l’environnement », a souligné la dirigeante de l’entreprise, Annette Hering.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
Ajouter un commentaire