Maxeon poursuit Aiko Solar pour violation présumée de brevets - PV SOLAIRE ÉNERGIE

Maxeon poursuit Aiko Solar pour violation présumée de brevets

Le fabricant de systèmes photovoltaïques Maxeon a intenté une action en justice en Allemagne, affirmant que son concurrent, Aiko Solar, a enfreint des brevets européens relatifs à l’architecture des cellules solaires à contact arrière. Aiko Solar a nié ces allégations.D’après pv magazine international.
Maxeon Solar Technologies, fabricant de panneaux photovoltaïques basé à Singapour, poursuit son concurrent chinois Aiko Solar Energy, ainsi que le grossiste Memedo GmbH, pour violation présumée de brevet concernant une conception spécifique liée à l’architecture des cellules solaires à contact arrière.
Selon un communiqué de presse de Maxeon, les filiales de Maxeon ont intenté une action en contrefaçon de brevet contre Aiko Solar et ses filiales hier devant le tribunal de district de Mannheim, en Allemagne.
Maxeon a déclaré dans le communiqué de presse qu’Aiko et Memodo auraient violé le brevet européen n° EP2297788B1 de Maxeon. Ce brevet porte sur des architectures exclusives et fondamentales de cellules solaires à contact arrière, également appelées cellules solaires à contact arrière total (ABC) ou cellules solaires à contact arrière interdigité (IBC). Maxeon produit et vend des modules équipés de cellules solaires IBC.
« Les poursuites contre Aiko et Memodo sont nécessaires pour protéger notre propriété intellectuelle, nos importants investissements en R&D et autres, ainsi que notre réputation, notre patrimoine et notre culture de l’innovation », a déclaré Bill Mulligan, PDG de Maxeon.
Lindsey Wiedman, Chief Legal and Sustainability Officer de Maxeon, a quant à elle déclaré : « Nous sommes convaincus qu’Aiko utilise la technologie de Maxeon ».
Aiko Solar a rejeté ces allégations.
« Les produits ABC d’AIKO sont fondamentalement différents de la technologie protégée par le brevet revendiqué, comme l’ont confirmé notre équipe de propriété intellectuelle et notre conseiller externe européen qui jouit d’une excellente réputation en matière de propriété intellectuelle », a déclaré l’entreprise dans un communiqué envoyé à pv magazine.
« Avec nos partenaires, nous avons l’intention de défendre vigoureusement notre position et de chercher conjointement et activement une solution pour défendre nos droits et intérêts légitimes, tout en conservant le droit de poursuivre l’activité ». Aiko a déclaré qu’elle possédait 1 061 brevets – dont 325 brevets pour la technologie ABC – au 31 octobre 2023.
En juin dernier, Maxeon avait intenté une action en justice contre Tongwei pour violation de brevet de sa technologie Shingled-Hypercell.
Traduction assurée par Marie Beyer.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
Ajouter un commentaire