« Le solaire pour tous » sur ARTE Regards - PV SOLAIRE ÉNERGIE

« Le solaire pour tous » sur ARTE Regards

À Bâle et à Zurich, des locataires et des propriétaires démontrent que la lutte contre le changement climatique est à portée de tous. Ils se regroupent en coopératives d’autoconstruction pour acheter à moindre coût des installations solaires et pallier le manque de personnel qualifié. Bravant leur peur du vide, ils grimpent sur le toit de leur immeuble et posent eux-mêmes des panneaux photovoltaïques.
Le principe est simple : un professionnel se charge de la conception, de l’obtention des autorisations et de l’achat du matériel, tandis que les membres de la coopérative s’entraident pour poser l’installation photovoltaïque. L’autoconstruction collective permet de réaliser des économies et de gagner du temps – fini les délais interminables pour obtenir un rendez-vous chez un artisan. À l’instar du musicien et metteur en scène bâlois Tumasch Clalüna qui a convaincu son propriétaire de poser des panneaux solaires sur le toit de son immeuble, un quartier entier a opté pour l’autoconstruction sur les bords du lac de Zurich. Supervisés par un spécialiste, médecins, cadres et banquiers mettent la main à la pâte pour équiper huit maisons mitoyennes.
L’électricité ainsi produite de manière durable leur profite directement, mais doit également alimenter le reste du réseau – ce qui pose encore quelques problèmes d’ordre technique. Le projet se heurte aussi à d’autres obstacles. En effet, si la tendance est à la production régionale, la plupart des modules photovoltaïques proviennent d’Asie. L’Allemagne et la Suisse figuraient pourtant parmi les pionniers de l’énergie solaire, mais c’est désormais la Chine qui domine le marché. Dans la «Solar Valley » de l’est de l’Allemagne, une entreprise suisse prend un nouveau départ : en produisant des cellules photovoltaïques haut de gamme et recyclables, elle relance la fabrication de ces composants en Europe. Pour tirer son épingle du jeu, l’entreprise a décidé de transférer une partie de sa production à venir aux États-Unis, où elle bénéficie de plus de subventions.

    

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
Ajouter un commentaire