Gouvernement: le secteur des renouvelables préoccupé par le rattachement de l'Energie à Bercy - PV SOLAIRE ÉNERGIE

Gouvernement: le secteur des renouvelables préoccupé par le rattachement de l’Energie à Bercy

La filière des énergies renouvelables a exprimé sa préoccupation vendredi de voir disparaître le ministère jusqu’ici pleinement consacré à l’énergie, sujet stratégique et de forte actualité désormais rattaché au ministère de l’Economie de Bruno Le Maire, connu pour son soutien marqué à l’énergie nucléaire.
La France a disposé pendant 18 mois d’un ministère dédié, une première depuis 15 ans liée aux enjeux de la transition énergétique: climat, sécurité d’approvisionnement, souveraineté… Et cette organisation a porté des fruits, soulignent de nombreux acteurs.
« On peut être surpris de l’absence d’un ministère de l’Energie de plein droit, notamment après qu’on ait connu en 2022 une crise énergie historique, qui n’est pas un sujet derrière nous », souligne Michel Gioria, délégué général de France Renouvelables.
« L’enseignement des 18 mois passés est que si l’on veut une politique énergétique efficace, il faut une maîtrise technique, une capacité d’écoute et un suivi très fin, sur le terrain, de tous les éléments: nucléaire, renouvelables, plan de sobriété… Il ne faut pas que ce grand ministère nous en éloigne ».
Sur le fond, Bruno Le Maire a souvent exprimé son vif soutien à l’énergie nucléaire. Quid des renouvelables?
« Il y a une réalité: l’énorme travail de RTE (le gestionnaire du réseau électrique, NDLR) sur les différents scénarios énergétiques montre que les seuls leviers de production disponibles d’ici 2035 sont les énergies renouvelables », solaire et éolien en premier, relève M. Gioria.
« Les décisions de politiques publiques doivent s’appuyer sur des faits. Tout écart aura des conséquences lourdes pour les Français notamment en termes de sécurité d’approvisionnement et de prix de l’énergie », prévient-il.
Pour le Syndicat des énergies renouvelables (SER), la suppression de ce ministère est « un mauvais signal quant au volontarisme politique » sur la transition énergétique, dit son président Jules Nyssen, qui veut aussi « rendre hommage à Agnès Pannier-Runacher », la ministre sortante.
Cette réorganisation arrive quelques jours après la publication d’un avant-projet de loi sur la souveraineté énergétique qui a suscité bien des réactions, car il fixe des objectifs chiffrés pour la relance du nucléaire mais aucun pour les renouvelables électriques (solaire et éolien).
« Au moment où les maires doivent travailler sur des zones d’accélération des renouvelables, où se prépare la planification de l’éolien en mer, où des investisseurs s’interrogent sur le fait de soutenir de futures gigafactories françaises, les signaux depuis le début de l’année ne sont clairement pas positifs », dit M. Nyssen.
« Nous ne sommes pas contre une relance du nucléaire, mais elle ne peut être un prétexte pour dire qu’il n’y a pas de besoin d’énergies renouvelables ou pas besoin de se poser des questions sur l’efficacité et la sobriété énergétiques. Tout cela se tient, et cette équation globale, tout le monde la connaît ».
Dépêche de l’AFP

    

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
  • Ajouter un commentaire