ENEA et Enel se lancent dans l’algovoltaïsme - PV SOLAIRE ÉNERGIE

ENEA et Enel se lancent dans l’algovoltaïsme

Le centre de recherche et l’énergéticien italiens ont mis au point un système « algovoltaïque » pour cultiver des microalgues de grande valeur, allant de 100 € à 600 €/kg pour des utilisations pharmaceutiques ou cosmétiques. Cela est possible grâce à l’intégration d’un système de culture entièrement automatisé et d’un champ solaire de 7 kW.D’après pv magazine Italie
L’agence de recherche italienne ENEA et Enel Green Power, l’unité d’énergie renouvelable de l’entreprise italienne Enel, ont développé un système photovoltaïque qui pourrait être utilisé en combinaison avec la production de microalgues à des fins alimentaires, cosmétiques et pharmaceutiques.
L’installation photovoltaïque vient d’être achevée au centre de recherche de l’ENEA à Portici, à Naples. « Elle permet une production annuelle d’environ 30 kg d’algues séchées sur une surface de 40 m2 et une puissance de 7 kWc », a déclaré l’entité de recherche italienne.
Le système s’associe à des cultures de microalgues à haute valeur commerciale, de 100 €/kg à 600 €/kg pour un usage pharmaceutique ou cosmétique, grâce à un système de culture entièrement automatisé intégré au champ solaire. « Les algues nous permettent d’exploiter l’énergie solaire mieux que les cultures traditionnelles, car elles ont une plus grande efficacité photosynthétique, a déclaré Carmine Cancro, chercheur au laboratoire ENEA Smart Grid and Energy Networks du centre de recherche de Portici. En outre, elles ont une valeur environnementale élevée car elles consomment du dioxyde de carbone, le transforment en biomasse par photosynthèse et libèrent de l’oxygène pur dans l’atmosphère ».
Les microalgues se développent dans une solution aqueuse circulant dans des tubes de verre transparents placés sous les modules photovoltaïques, à l’abri de la lumière directe du soleil. Ces modules sont disposés en deux réseaux verticaux parallèles et interconnectés pour former un serpentin continu qui facilite la circulation des fluides. Grâce à la photosynthèse déclenchée par l’énergie solaire et à l’absorption conséquente de dioxyde de carbone, les microalgues se développent dans la solution jusqu’à ce qu’elles atteignent une densité et un état de maturation tels qu’elles peuvent être collectées, grâce à une puissante centrifugeuse qui les sépare de l’eau.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
Ajouter un commentaire