En Allemagne, TotalEnergies rachète l’agrégateur de production EnR Quadra Energy - PV SOLAIRE ÉNERGIE

En Allemagne, TotalEnergies rachète l’agrégateur de production EnR Quadra Energy

Avec cette acquisition, le géant pétrolier veut améliorer la rentabilité sur son segment la production, le trading, l’agrégation et la commercialisation d’électricité bas carbone. Pour rappel ce segment mobilisera 30 % des investissements d’ici 2030, 30 % étant consacrés au développement de nouveaux projets pétrole et gaz et 60 % à la maintenance du portefeuille hydrocarbures existant.L’agrégateur allemand de production d’énergie renouvelable Quadra Energy passe dans le giron de TotalEnergies. Le géant pétrolier français vient d’annoncer l’acquisition de la totalité du capital du fournisseur d’éléctricité auprès de la Fondation Aloys Wobben (AWS) pour un montant indéterminé.
L’entreprise achète et agrège l’électricité produite par des centrales solaires et éoliennes en Allemagne, pour ensuite la revendre sur les marchés de gros et à des revendeurs et clients allemands dans une offre de fourniture d’électricité verte. Elle affirme avoir un portefeuille d’environ 5000 unités de production d’EnR, représentant une capacité installée cumulée de 9 GW. Depuis 2021 Quadra Energy développe aussi une offre de PPA, qui représenterait 2 TWh de contrats à moyen terme selon elle, signés avec des grands consommateurs et revendeurs.
Pour TotalEnergies, cette acquisition est l’opportunité de mettre la main sur les outils développés par Quadra Energy pour la revente d’énergie sur les marchés intra-journalier, notamment dans la prévision météorologique, la gestion de l’incertitude de la production et ses capacités de trading en temps réel. Quadra Energy lui permet aussi de s’implanter directement sur le marché allemand de l’électricité, moins réglementé et donc plus attractif pour le géant.
Le directeur général Gas, Renewables & Power de TotalEnergies, Stéphane Michel, a affirmé dans un communiqué que le groupe souhaitait atteindre une rentabilité d’environ 12 % d’ici 2028 en ce qui concerne la production, le trading, l’agrégation et la commercialisation d’électricité bas carbone.
Cette dépense d’acquisition s’inscrit dans le tiers des investissements annoncé par le groupe français dans les énergies bas-carbone d’ici 2030. Un autre tiers sera orienté vers le développement de nouveaux projets pétrole et gaz et les 60 % restant seront consacrés à la maintenance du portefeuille hydrocarbures.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
Ajouter un commentaire