CNR veut développer du solaire sur les marais salants - PV SOLAIRE ÉNERGIE

CNR veut développer du solaire sur les marais salants

Le groupe Salins, premier producteur de sel en France, s’est associé à CNR et à sa filiale Vensolair pour développer un potentiel photovoltaïque de 100 MWc dans l’arc méditerranéen et dans le département de la Meurthe-et-Moselle. Les partenaires vont également lancer un programme expérimental de production agrivoltaïque sur des salins.Le producteur d’électricité renouvelable CNR (Compagnie Nationale du Rhône) et sa filiale Vensolair ont signé un partenariat avec le groupe français Salins, l’un des principaux saliniers européens, pour développer de nouvelles centrales photovoltaïques au sol sur des sites lui appartenant. CNR vise ainsi un potentiel photovoltaïque de 100 MWc. Concrètement, le salinier, par ailleurs second propriétaire foncier de France, mettra à disposition une douzaine de sites localisés sur l’arc méditerranéen ainsi que dans le département de la Meurthe-et-Moselle, essentiellement composés de délaissés fonciers, de friches, de sites de production de sel aujourd’hui inexploités.
La reconversion de ces terrains anthropisés permettra d’accueillir de nouvelles centrales photovoltaïques au sol développées, construites et exploitées par les équipes de CNR et de sa filiale Vensolair. L’accord prévoit aussi que le groupe Salins puisse entrer au capital des sociétés de projets photovoltaïques développés. « Nos deux entreprises utilisent le soleil, l’eau et le vent pour la production de sel et d’électricité. Notre rapprochement autour de l’énergie photovoltaïque allait de soi et nourrit une ambition commune pour la transition écologique », a déclaré Laurence Borie-Bancel, Présidente de CNR, qui dispose aujourd’hui d’une puissance installée de 4 GW, en hydroélectricité et grâce à 118 parcs éoliens et photovoltaïques.
En outre, la collaboration porte sur le lancement d’un programme de recherche expérimental d’installation de structures agrivoltaïques sur des salins en exploitation. Débuté courant 2024, il permettra d’étudier si l’installation de panneaux solaires au-dessus de bassins de concentration est bénéfique pour la production de sel et quel en est l’impact sur la riche biodiversité nichée dans les étendues littorales salines et dans le cours naturel du Rhône.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
Ajouter un commentaire