Voltalia accompagne la délégation présidentielle pour ses projets solaires en Ouzbékistan - PV SOLAIRE ÉNERGIE

Voltalia accompagne la délégation présidentielle pour ses projets solaires en Ouzbékistan

Voltalia a profité de la visite présidentielle dans le pays pour signer de nouveaux protocoles d’accords sur ses deux grands projets solaires : l’un obtenu lors d’un appel d’offres en début d’année, l’autre lors d’une visite diplomatique du gouvernement ouzbek en France en 2022.La diplomatie bénéficie aussi à l’industrie solaire. Lors de sa visite officielle en Ouzbékistan les 1er et 2 novembre 2023, Emmanuel Macron était accompagné de plusieurs dirigeant·e·s d’entreprise pour signer des accords économiques et notamment des partenariats publics privés au bénéfice des entreprises françaises.
A cette occasion, Voltalia a annoncé avoir signé deux accords de coopération pour deux grands projets d’énergies renouvelables.
Le premier protocole concerne le projet hybride solaire + éolien + stockage, signé en 2022 lors d’une visite diplomatique du président ouzbec Shavkat Mirziyoyev en France. Le groupe EnR de la famille Mulliez (Auchan, Leroy Merlin, Decathlon, …) avait alors décroché un accord de co-développement avec le gouvernement ouzbek pour la mise en place de 200 MW de solaire, 200 MW d’éolien et 60 mégawatts / 240 mégawattheures de stockage par batteries. Aujourd’hui le site a été défini puisque le projet sera implanté dans la localité de Shurkul, dans la région de Navoi. La capacité totale pourrait atteindre jusqu’à 500 MW.
Le second protocole entérine l’extension du projet solaire de Sarimay, remporté en janvier 2023 par Voltalia à l’issu d’un appel d’offres avec un tarif de 0,02888 $/kWh (0,027 €/kWh). Dans le détail, le site de la région de Khorezm sera hybridé avec une capacité de 100 MW d’éolien et des solutions de stockage par batteries dont la capacité n’a pas encore été déterminée.
Pour contexte, l’Ouzbékistan produit la majorité de son énergie à partir de source thermique, utilisant du gaz naturel et du charbon qu’il détient en abondance sur son territoire. Depuis 2019 le gouvernement a engagé une réforme du modèle du secteur de l’énergie détenu et exploité par l’État. Le pays vise la neutralité carbone d’ici 2050 et une capacité renouvelable de 8 GW d’ici 2026 et de 12 GW d’ici 2030. Pour ce faire, le pays compte sur les appels d’offres et les partenariats bilatéraux, signés avec des groupes privés nationaux, en marge d’événements diplomatiques.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
Ajouter un commentaire