Un développeur norvégien met en service la centrale PV au sol la plus septentrionale au monde - PV SOLAIRE ÉNERGIE

Un développeur norvégien met en service la centrale PV au sol la plus septentrionale au monde

Store Norske Energi AS a installé un dispositif photovoltaïque dans l’archipel du Svalbard, dernier bastion habité avant le pôle Nord. L’entreprise a révélé à pv magazine que le système pourrait réduire l’utilisation des combustibles fossiles de 70 % et éventuellement servir de modèle pour la transition énergétique vers les énergies renouvelables dans l’Arctique.D’après pv magazine International
L’entreprise norvégienne Store Norske Energi a installé un système PV dans l’archipel du Svalbard, au niveau du 78e parallèle nord. Ces îles, dernier bastion habité avant le pôle Nord, sont plongées dans l’obscurité tout au long de l’hiver. L’installation, formée d’une série de systèmes PV en toiture et d’un dispositif au sol, est située près de Isfjord Radio, une station de radio bâtie en 1933 pour assurer les communications entre le Svalbard et le continent. Aujourd’hui, elle sert aussi de camp de base aux touristes et n’est accessible que par bateau ou hélicoptère.
Mons Ole Sellevold, chef de projet en énergies renouvelables chez Store Norske Energi AS, explique à pv magazine que ce projet-pilote pourrait réduire l’utilisation de combustibles fossiles de 70 % et constituer un modèle pour la transition vers les énergies renouvelables des communautés de l’Arctique.
Système PV en toiture à Isfjord Radio. Image : Store Norske Energi

« Pour le système photovoltaïque au sol, nous avons installé 360 panneaux photovoltaïques bifaciaux, dotés chacun d’une puissance de 550 W pour un total de 198 kW et une production énergétique attendue de 161 000 kWh/an, assure-t-il. Le système photovoltaïque en toiture est réparti sur trois bâtiments, qui comportent chacun des panneaux de 231 W et de 415 W, pour une capacité totale installée de 96 kW et une production énergétique estimée à 60 000 kWh/an. » « Le stockage sur batterie atteint 405 kWh, tandis que la capacité de l’onduleur est de 240 kW. Il y a aussi un système de stockage thermique : 12 000 litres d’eau chaude conservés dans 12 ballons. »
Du côté des travaux, le site de construction d’Isfjord Radio a posé différents problèmes, comme il fallait s’y attendre. « Il a fallu couler les fondations dans le pergélisol et travailler dans les conditions difficiles de l’Arctique, au milieu des congères et malgré la violence du vent, de la neige et de la glace, raconte Mons Ole Sellevold. De plus, les travaux devaient perturber le moins possible l’activité touristique et la faune sauvage. »
Avant de démarrer sa transition énergétique, Isfjord Radio utilisait près de 200 000 litres de diesel par an. Jusqu’ici, l’installation d’un banc de batterie et d’un système de stockage thermique a réduit considérablement la consommation de diesel. La mise en marche des panneaux solaires devrait permettre une réduction de 70 % de l’utilisation des combustibles fossiles.
« Nous sommes en bonne voie pour faire d’Isfjord Radio un pionnier des systèmes énergétiques hybrides zéro émission dans les communautés hors réseau de l’Arctique, affirme Heidi Theresa Ose, PDG de Store Norske Energi, à pv magazine. L’objectif à long terme est de parvenir à une solution entièrement basée sur les énergies renouvelables. »
Isfjord Radio repose sur un système énergétique autonome qui teste des solutions hybrides comprenant la production d’énergies renouvelables, le stockage de l’énergie ainsi que des générateurs au diesel. Ces dernières pourraient ensuite être déployées dans bon nombre des quelque 1 500 communautés de l’Arctique non connectées à un réseau électrique central, qui dépendent essentiellement du charbon ou du diesel.
« Notre responsabilité commune en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre, la sécurité des approvisionnements, la garantie de la production énergétique et le prix particulièrement élevé des énergies fossiles dans l’Arctique sont autant de facteurs déterminants et d’éléments moteurs de cette transition énergétique », déclare l’entreprise dans un communiqué de presse.
Traduction assurée par Christelle Taureau

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
Ajouter un commentaire