Un consortium allemand vise à obtenir des feuilles arrière avec un cycle de vie de 40 ans - PV SOLAIRE ÉNERGIE

Un consortium allemand vise à obtenir des feuilles arrière avec un cycle de vie de 40 ans

Le projet « Folie40 » associe des fabricants de backsheet, des constructeurs de modules solaires et des instituts de recherche tels que Folienwerk Wolfen, Meyer Burger, Aluminum Féron, Fraunhofer ISE et l’Université des sciences appliquées d’Anhalt.D’après pv magazine international
L’encapsulation et les feuilles arrière protègent les modules photovoltaïques des rayons UV, de l’humidité, de la diffusion de substances chimiques et des dommages mécaniques, tout en garantissant leur conductivité électrique.
Des feuilles arrière (backsheet) de bonne qualité sont essentielles pour protéger les cellules solaires connectées des facteurs environnementaux et garantir l’utilisation à long terme des modules. C’est dans cette optique que le Fraunhofer Center for Silicon Photovoltaics (Fraunhofer CSP), en Allemagne, dirige « Folie40 », un projet de recherche visant à étudier de nouvelles techniques d’encapsulation et de nouvelles conceptions de feuilles arrières pour les modules photovoltaïques en vue de leur assurer un cycle de vie d’au moins 40 ans.
Le consortium du projet comprend le fabricant allemand de feuilles arrière Folienwerk Wolfen, le constructeur suisse de modules Meyer Burger, le spécialiste espagnol du revêtement Aluminum Féron, l’Institut Fraunhofer pour les systèmes d’énergie solaire (Fraunhofer ISE) et l’Université des sciences appliquées d’Anhalt.
Le Fraunhofer CSP apporte son expertise dans l’analyse des polymères, notamment en ce qui concerne l’évolution des matériaux dans des conditions réelles par le biais d’essais systématiques de vieillissement. Ils développent également une base de données de matériaux pour prédire la durée de vie en fonction de leur composition et des facteurs environnementaux.
« Ce sont souvent les feuilles arrière en polymère des modules photovoltaïques qui limitent leur durée de vie », a déclaré Anton Mordvinkin, chercheur au Fraunhofer CSP.
Le projet, d’une durée de trois ans, est financé par le programme-cadre de recherche énergétique du ministère fédéral allemand de l’économie et de la protection du climat.
Traduction assurée par Marie Beyer.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
Ajouter un commentaire