« L’ombrière solaire de Safran-Nacelles a été mise en service en un temps record » - PV SOLAIRE ÉNERGIE

« L’ombrière solaire de Safran-Nacelles a été mise en service en un temps record »

Fonctionnelle depuis août 2023, la centrale en autoconsommation de 4,8 MWc a été construite en moins de douze mois. Interrogé par pv magazine France, Ulysse Pierot, responsable de projets stratégiques chez Reservoir Sun, revient en détail sur le défi qu’a représenté cette première collaboration avec le groupe aéronautique français, notamment au niveau de la sécurité et du respect des délais impartis.Quelles sont les principales caractéristiques de la centrale solaire installée par Réservoir Sun sur le site de production de Safran-Nacelles, à Gonfreville-l’Orcher
Ulysse Pierot : Il s’agit de l’une des plus grandes centrales photovoltaïques en autoconsommation construites sur un site industriel en France. Le projet, d’une puissance totale de 4,8 MWc, se compose d’une installation de 12 000 panneaux photovoltaïques de la marque chinoise DMEGC, sur ombrières de parking et s’étendant sur une surface totale de 24 000 m². Elle permettra de couvrir plus de 25 % des besoins en électricité du site, avec une production annuelle de 4,9 GWh d’électricité bas carbone.
Ulysse Pierot, Responsable de projets stratégiques chez Reservoir Sun. Image : Reservoir Sun

Quelle est la génèse du projet avec Safran ?
Nos premiers échanges remontent à un peu plus de quatre ans. Le groupe aéronautique et de défense français avait entamé des réflexions autour de la décarbonation, notamment via la solarisation de ses parkings. Mais les projets n’ont pas forcément abouti, l’intérêt du photovoltaïque n’ayant pas été suffisamment démontré à l’époque, ni d’un point de vue carbone, ni d’un point de vue économique. Le sujet a mûri entre 2019 et 2021, avec une structuration des équipes chez Safran. Impliquant les achats, les équipes « carbone » et les différents sites industriels, elle a conduit au lancement d’un appel d’offres pour la création de centrales photovoltaïques, remporté par Réservoir Sun début 2022. Il concerne 17 sites industriels, dont celui de Nacelles, le premier sur lequel nous sommes intervenus.
Pourquoi avez-vous commencé par le site de Nacelles ?
Avant tout pour répondre à sa volonté d’être la première filiale Safran en France à disposer d’une centrale photovoltaïque. Vincent Caro, son président, souhaitait aller vite et accélérer le mouvement sur les questions de décarbonation. Sous son impulsion, des échanges approfondis ont eu lieu entre nos équipes respectives, aboutissant à une contractualisation, début juillet 2022.
Quels défis cette première expérience avec Safran a-t-elle représenté pour Réservoir Sun ?
Notre plus grand défi a été de réaliser ce projet en un temps record, soit moins d’un an entre la contractualisation et l’achèvement des travaux. Au niveau opérationnel, le challenge reposait sur notre capacité à faire rentrer les différentes phases d’un projet photovoltaïque dans un calendrier contraint de douze mois. Les phases préalables, administratives et techniques, prennent généralement du temps avant qu’un chantier ne débute. Entre le dépôt, l’instruction et la purge du permis de construire – obtenu en 3 mois seulement grâce à l’appui de la mairie de Gonfreville-l’Orcher –, l’accord de la DREAL (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement), nécessaire s’agissant d’un site ICPE (Installation classée protection de l’environnement), les détections réseaux, le diagnostic amiante, les études de sol, etc., il s’est écoulé, en tout, moins de six mois.
L’autre défi que nous avons relevé concerne la sécurité. En raison du bombardement du site de Nacelles durant la Seconde Guerre mondiale, une grande partie du parking aurait pu présenter des risques, notamment lors des forages effectués pour les études de sol et, a fortiori, au moment des fondations. Pour s’en prémunir, nous avons rajouté dans nos études préalables un diagnostic magnétique, sans conséquence sur le planning établi. Cette cartographie du sous-sol, effectuée jusqu’à 9 mètres de profondeur, nous a permis de sécuriser le site, en s’assurant qu’il n’y aurait aucun souci sur les 240 pieux de fondation. Enfin, pour maximiser la production, nous avons dû réorienter une partie du parking, avec tous les problèmes que cela suppose au niveau des fondations, des poteaux, du retraçage, … et de son libre accès sécurisé aux salariés de Safran pendant les travaux.
Quels moyens avez-vous mis en place pour livrer dans les temps ?
Le projet a mobilisé chez Réservoir Sun entre 3 et 4 personnes, entièrement dédiées. Mais la mise en service, en si peu de temps, de la centrale n’aurait pas été possible sans l’investissement des équipes Safran. Ces dernières ont grandement contribué à la réussite du projet, notamment les Moyens Généraux, avec qui nous avons travaillé en étroite collaboration et parfaite coordination, étape par étape. Chaque semaine, nous échangions pour lever tous les points techniques et trouver des solutions : que faire des arbres présents sur le site ? Où positionner les postes de transformation et les passages de câbles ? Comment anticiper l’installation des futures bornes pour les véhicules électriques et du coup, éviter de détériorer le parking trop souvent…
Au commencement du chantier, mi-février 2023, et à partir de toutes ces prévisions, il nous a suffi de « dérouler » de façon standard, avec nos structuristes et électriciens, les étapes précédemment validées : réalisation des fondations, phase de séchage, montage des structures, pose des modules et raccordement électrique. Même les jours de retards engendrés par le blocage de la zone industrielle au moment des grèves contre la réforme des retraites ont pu être rattrapés.
Quels sont vos futurs projets avec Safran ?
Les prochains chantiers concernent toujours la filiale Safran-Nacelles, mais sur deux sites qui ne figuraient pas au départ d’ans l’appel d’offres global : Florange et Pont-Audemer, à proximité du Havre, où les travaux commenceront dès 2024 dans des conditions beaucoup moins « pressantes ». Suivront les sites franciliens des filiales Aircraft Engines à Evry-Corbeille, Villaroche et Gennevilliers.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
  • Ajouter un commentaire