Les réseaux d’hydrogène européens seront confiés à des gestionnaires de réseaux de transports indépendants - PV SOLAIRE ÉNERGIE

Les réseaux d’hydrogène européens seront confiés à des gestionnaires de réseaux de transports indépendants

Le Conseil et le Parlement européens sont parvenus à un accord provisoire pour règlementer le marché intérieur du gaz et de l’hydrogène. Le règlement prévoit que les entités européennes des opérateurs de réseaux d’hydrogène, de gaz et d’électricité soient indépendantes mais qu’elles travaillent en synergie pour intégrer les énergies renouvelables.Le Conseil et le Parlement européens sont parvenus à un accord politique provisoire sur un règlement établissant des règles communes pour le marché intérieur des gaz naturels et renouvelables et de l’hydrogène.
Dans ce cadre, il a été décidé que la gestion des réseaux transportant l’hydrogène sera confiée à gestionnaires de réseaux de transports (GRT) d’hydrogène indépendants – et non aux gestionnaires de réseaux de gaz naturel existants comme cela avait initialement été proposé par le Parlement. Les GRT seront regroupés au niveau européen sous une entité européenne pour les opérateurs de réseaux d’hydrogène (ENNOH).
Le Parlement a affirmé que l’ENNOH sera indépendante du réseau européen des gestionnaires de réseau de transport de gaz (ENTSOG) et du réseau européen des gestionnaires de réseau de transport d’électricité (ENTSOE) existants, mais qu’elle profitera des synergies et de la coopération entre les trois secteurs.
« La création d’ENNOH est essentielle pour changer notre façon de penser et de gérer l’hydrogène : nous ne devons pas considérer l’hydrogène comme une substitution 1 pour 1 au gaz naturel, mais comme un vecteur énergétique et une matière première distincts, techniquement similaires à ceux du gaz naturel et en complément du déploiement de l’électricité renouvelable », s’est réjouit Arthur Daemers, conseiller politique chez SolarPower Europe.
Concernant les tarifs de réseau pour le marché de l’hydrogène, le Conseil et le Parlement ont convenu que chaque autorité de régulation nationale sera en charge de consulter les autorités de régulation nationales des pays voisins afin de mettre en place une méthodologie tarifaire. Cette dernière devra ensuite être soumise à l’Agence de coopération des régulateurs de l’énergie (ACER), même si chaque autorité de régulation nationale conservera le droit de fixer son propre tarif.
L’accord provisoire doit être approuvé et formellement adopté par les deux institutions. Si le dispositif est validé, le règlement pourra être appliqué à partir de 2028 et permettre une plus grande intégration naturelle de l’électricité renouvelable dans les réseaux européens. Pour rappel, ce dispositif fait partie du paquet de décarbonation des marchés de l’hydrogène et du gaz.
« Le règlement sur le gaz nécessite également une planification intégrée, rappelle toutefois Arthur Daemers. La croissance de l’hydrogène nécessitera de renforcer le réseau électrique et de connecter davantage d’énergies renouvelables. Désormais, les planificateurs de l’électricité, du gaz et de l’hydrogène devront s’asseoir autour d’une table et concevoir le meilleur plan de décarbonation possible pour l’Europe tout en utilisant au mieux les ressources disponibles. » 

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
Ajouter un commentaire