Les prix des modules solaires pourraient atteindre 0,10 $/W d’ici fin 2024 - PV SOLAIRE ÉNERGIE

Les prix des modules solaires pourraient atteindre 0,10 $/W d’ici fin 2024

Tim Buckley, directeur de Climate Energy Finance, parle au magazine pv de la trajectoire actuelle des prix des modules solaires. Il estime que les prix des panneaux photovoltaïques finiront par chuter de 40 % cette année et prédit l’arrêt des anciennes technologies et la fermeture des petites usines de production, tant en Chine que dans le reste du monde.D’après pv magazine International
Les prix des modules solaires pourraient approcher le seuil de 0,10 $ (0,11 €)/W d’ici la fin 2024 ou éventuellement en 2025, selon Tim Buckley, directeur du groupe de réflexion Climate Energy Finance (CEF) basé en Australie.
« Il y a trois ans, Martin Green a estimé que d’ici à 2030, les nouvelles installations photovoltaïques annuelles pourraient atteindre entre 600 GW et 1 TW, a indiqué Tim Buckley à pv magazine. Je suis très optimiste quant au taux de croissance mondial des installations solaires au cours des prochaines années. L’invasion de l’Ukraine par Poutine a rappelé à tous la nécessité d’une chaîne d’approvisionnement et d’une sécurité énergétique, en particulier en ce qui concerne la dépendance à l’égard des importations d’énergie ».
Le spécialiste note également que le nouvel accord sur le climat conclu par le président chinois Xi Jinping et le président américain Joe Biden pourrait appeler officiellement à tripler la capacité des énergies renouvelables dans le monde d’ici à 2030. « À l’heure où les coûts d’investissement sont massifs, la possibilité d’investir dans l’énergie solaire déflationniste est une aubaine mondiale qui permettra d’alléger la pression sur le coût de la vie et d’améliorer la sécurité énergétique », pointe-t-il du doigt.
Problèmes de surcapacité
Toutefois, Tim Buckley estime que la pression sur les prix va s’accentuer en raison des augmentations de capacité stupéfiantes annoncées par l’industrie photovoltaïque au niveau mondial, bien qu’il remette en question une prévision récente de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) dans son World Energy Outlook 2023, selon laquelle la capacité solaire installée cumulée dans le monde pourrait atteindre 2 TW d’ici à 2025. « Je trouve ridicule l’hypothèse de l’AIE selon laquelle les Chinois ne feront fonctionner leurs toutes nouvelles usines que 35 % du temps, estime-t-il. Comme cette nouvelle capacité est mise en service pendant une année entière, je m’attends à ce que les chiffres de l’AIE soient sous-estimés de plus de 50 % en termes d’installations solaires annuelles mondiales ».
Le directeur estime que les prix des modules solaires finiront par chuter de 40 % cette année. « Cela donnera à de nombreux investisseurs aux États-Unis, en Inde, dans l’UE et en Chine de bonnes raisons de faire une pause ou de repenser leurs hypothèses financières qui ont étayé leurs annonces d’expansions massives de capacité, assure-t-il. En revanche, les États-Unis et l’Inde appliquent des droits d’importation de 40 % sur les modules solaires à l’encontre des produits chinois, ce qui les protège largement d’une concurrence excessive sur les prix et leur permet de partager les économies réalisées grâce à la baisse de 70 % du prix du polysilicium au cours de l’année écoulée ».
En revanche, la déflation rapide et les pressions excessives sur les prix pourraient bientôt entraîner la fermeture d’anciennes technologies et d’installations de production solaire à petite échelle, tant en Chine que dans le reste du monde. « Les anciennes installations ne peuvent tout simplement pas rivaliser avec les avantages d’échelle ni avec les investissements dans les nouvelles technologies des entreprises leaders mondiales de ce secteur, qui sont presque toutes chinoises », pronostique Tim Buckley.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
  • Ajouter un commentaire