Les émissions de GES du secteur mondial de l’électricité plafonnent alors que l’éolien et le solaire continuent de croître - PV SOLAIRE ÉNERGIE

Les émissions de GES du secteur mondial de l’électricité plafonnent alors que l’éolien et le solaire continuent de croître

Un rapport récemment publié par le groupe de réflexion sur l’énergie Ember révèle que les émissions mondiales de Gaz à Effet de Serre (GES) du secteur de l’électricité ont atteint un plateau au premier semestre 2023, avec même une légère augmentation de 0,2% par rapport à la même période de l’année dernière, alors que l’éolien et le solaire continuent de croître. Paradoxal ? Explications ! Les conditions hydroélectriques défavorables – probablement exacerbées par le changement climatique – ont empêché les émissions de chuter.
Le rapport analyse les données sur l’électricité de janvier à juin 2023, par rapport à la même période de l’année dernière, dans 78 pays représentant 92 % de la demande mondiale d’électricité.
Le solaire, en particulier, connaît une croissance rapide
L’éolien et le solaire sont les deux seules sources d’électricité dont la part a considérablement augmenté, fournissant ensemble 14,3 % de l’électricité mondiale au premier semestre 2023, contre 12,8% sur la même période l’année dernière. Le solaire, en particulier, connaît une croissance rapide (+16%, +104 TWh), avec 50 pays établissant de nouveaux records mensuels de production solaire dans la première moitié de 2023. La Chine dont le marché solaire est en forte croissance continue d’être le leader de la production photovoltaïque, fournissant 43 % de la production mondiale, tandis que l’UE, les États-Unis et l’Inde représentaient chacun environ 12 %.
Malgré cette croissance des énergies solaire et éolienne, les conditions hydroélectriques défavorables ont empêché les émissions de GES de réduire. Le premier semestre a été marqué par une baisse historique de la production hydraulique (-8,5%, -177 TWh) due aux sécheresses, la Chine en représentant les trois quarts. En conséquence, la génération de fossiles a légèrement augmenté pour combler le déficit créé par l’hydroélectricité. Les émissions du secteur électrique auraient chuté de 2,9 % si la production hydroélectrique mondiale avait été au même niveau que l’année dernière.
Obtenir un accord mondial pour tripler les capacités d’EnR lors de cette décennie
Au milieu de ces problématiques hydroélectriques, la faible croissance de la demande d’électricité a contribué à réduire la croissance des émissions. La demande mondiale d’électricité n’a augmenté que de 0,4 % au premier semestre 2023 par rapport à la même période l’an dernier, ce qui est bien inférieur à la moyenne historique sur 10 ans (+2,6 %). La chute de la demande dans certaines grandes économies a entraîné une baisse significative de l’énergie alimentée au charbon, notamment dans l’UE (-23%). En conséquence, les émissions ont diminué dans l’UE (-17%), au Japon (-12%), aux États-Unis (-8,6%) et Corée du Sud (-3%). La croissance modérée de la demande en Inde a entraîné une croissance lente de la production de charbon, ce qui a ralenti la hausse des émissions du pays à 3,1% au premier semestre 2023 par rapport à 11% à la même période l’année dernière.
« La question est encore de savoir si 2023 verra une baisse des émissions de GES du secteur de l’électricité », a déclaré Malgorzata Wiatros-Motyka, auteur principal du rapport et analyste principale en électricité chez Braise. « Bien qu’il soit encourageant de constater la croissance remarquable de l’énergie éolienne et solaire, nous ne pouvons ignorer la dure réalité des conditions hydroélectriques défavorables, intensifiées par le changement climatique. Le monde est au bord du pic des émissions de GES du secteur électrique, et nous devons maintenant libérer l’élan pour un déclin rapide des combustibles fossiles en obtenant un accord mondial pour tripler les capacités d’énergies renouvelables lors de cette décennie ».
    

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
Ajouter un commentaire