Le monde a peut-être franchi le « point de bascule » de l’énergie solaire - PV SOLAIRE ÉNERGIE

Le monde a peut-être franchi le « point de bascule » de l’énergie solaire

Le monde aurait-il franchi un « point de basculement » qui fera inévitablement de l’énergie solaire notre principale source d’énergies ? Selon de nouvelles recherches menées par l’Université d’Exeter et l’University College London, la conjecture est plus que crédible. Analyse !
L’étude, basée sur un modèle technologique et économique axé sur les données, révèle que l’énergie solaire photovoltaïque est susceptible de devenir la source d’énergie dominante avant 2050, même sans le soutien de politiques climatiques plus ambitieuses.
Les projections dominées par les combustibles fossiles ne sont plus réalistes
Cependant, cette exégèse du marché avertit que quatre « obstacles » pourraient entraver cela : la création de réseaux électriques stables, le financement de l’énergie solaire dans les économies en développement, la capacité des chaînes d’approvisionnement et la résistance politique des régions qui perdent des emplois. Les chercheurs affirment que les politiques qui éliminent ces obstacles peuvent être plus efficaces que les instruments de tarification tels que les taxes sur le carbone pour accélérer la transition vers l’énergie propre. L’étude, menée par l’Université d’Exeter et l’University College London, fait partie du projet Economics of Energy Innovation and System Transition (EEIST), financé par le ministère britannique de la Sécurité énergétique et de la Neutralité carbone et la Children’s Investment Fund Foundation (CIFF). « Les progrès récents des énergies renouvelables signifient que les projections dominées par les combustibles fossiles ne sont plus réalistes », a déclaré le Dr Femke Nijsse, du Global Systems Institute d’Exeter.
« Nous assistons toujours à une innovation très rapide dans la technologie solaire »
« En d’autres termes, nous avons évité le scénario du statu quo pour le secteur de l’électricité. Cependant, les projections plus anciennes reposent souvent sur des modèles qui considèrent l’innovation comme quelque chose qui se passe en dehors de l’économie. En réalité, il existe un cercle vertueux entre le déploiement des technologies et l’apprentissage des entreprises à moindre coût. Lorsque vous incluez ce cycle dans les projections, vous pouvez représenter la croissance rapide de l’énergie solaire au cours de la dernière décennie et dans le futur. Les modèles traditionnels ont également tendance à supposer la « fin de l’apprentissage » à un moment donné dans un avenir proche, alors qu’en fait, nous assistons toujours à une innovation très rapide dans la technologie solaire. À l’aide de trois modèles qui suivent les rétroactions positives, nous prévoyons que l’énergie solaire photovoltaïque dominera le bouquet énergétique mondial d’ici le milieu de ce siècle » poursuit le chercheur.
Une ode à la résilience
Cependant, les chercheurs avertissent que les systèmes électriques dominés par l’énergie solaire pourraient devenir « enfermés dans des configurations qui ne sont ni résilientes ni durables, avec une dépendance aux combustibles fossiles pour l’énergie distribuable ». Au lieu d’essayer de réaliser la transition solaire en elle-même, les gouvernements devraient axer leurs politiques sur le dépassement des quatre principaux « obstacles » :
Résilience du réseau : La production solaire est variable (jour/nuit, saison, météo), les réseaux doivent donc être conçus en conséquence. Le Dr Nijsse a déclaré : « Si vous ne mettez pas en place les processus nécessaires pour faire face à cette variabilité, vous pourriez finir par devoir compenser en brûlant des combustibles fossiles. » Elle a déclaré que les méthodes de renforcement de la résilience comprennent l’investissement dans d’autres énergies renouvelables telles que l’éolien, les câbles de transmission reliant différentes régions, le stockage étendu de l’électricité et les politiques de gestion de la demande (telles que des incitations à recharger les voitures électriques en dehors des heures de pointe). Les subventions gouvernementales et le financement de la recherche et du développement sont importants dans les premières étapes de la création d’un réseau résilient, a-t-elle ajouté.
Accès au financement : La croissance de l’énergie solaire dépendra inévitablement de la disponibilité des financements. À l’heure actuelle, la finance à faible émission de carbone est fortement concentrée dans les pays à revenu élevé. Même les financements internationaux favorisent largement les pays à revenu intermédiaire, laissant les pays à faible revenu – en particulier ceux d’Afrique – déficients en matière de financement de l’énergie solaire malgré l’énorme potentiel d’investissement.
Chaînes d’approvisionnement : Un avenir dominé par l’énergie solaire sera probablement à forte intensité de métaux et de minéraux. À l’avenir, la demande de « minéraux critiques » augmentera. L’électrification et les batteries nécessitent des matières premières à grande échelle telles que le lithium et le cuivre. Alors que les pays accélèrent leurs efforts de décarbonisation, les technologies renouvelables devraient représenter 40 % de la demande totale de minéraux pour le cuivre et les terres rares, entre 60 et 70 % pour le nickel et le cobalt, et près de 90 % pour le lithium d’ici 2040.
Opposition politique: La résistance des industries en déclin pourrait avoir un impact sur la transition. Le rythme de la transition dépend non seulement des décisions économiques des entrepreneurs, mais aussi de la manière dont les décideurs politiques la considèrent. Une transition rapide vers l’énergie solaire pourrait mettre en péril les moyens de subsistance de près de 13 millions de personnes dans le monde qui travaillent dans les industries des combustibles fossiles et les industries dépendantes. Les politiques régionales de développement économique et industriel peuvent résoudre les inégalités et atténuer les risques posés par la résistance des industries en déclin.
Commentant l’obstacle financier, le Dr Nadia Ameli de l’Institut des ressources durables de l’UCL, a déclaré : « On croit de plus en plus qu’avec la baisse spectaculaire du coût moyen mondial des énergies renouvelables, il sera beaucoup plus facile pour les pays en développement de se décarboner. Notre étude révèle des obstacles persistants, surtout si l’on considère les défis auxquels ces pays sont confrontés pour accéder aux capitaux dans des conditions équitables. Des financements appropriés restent impératifs pour accélérer le programme mondial de décarbonisation. »
Des détails sur l’étude
L’article, publié dans la revue Nature Communications, s’intitule  Les auteurs contributeurs de l’EEIST sont issus d’un large éventail d’institutions. Pour connaître l’ensemble des affiliations institutionnelles, voir www.eeist.co.uk. Le contenu de cette étude représente les points de vue des auteurs et ne doit pas être considéré comme représentant les points de vue du gouvernement britannique, du CIFF ou des organisations auxquelles les auteurs sont affiliés, ou de l’une des organisations parrainantes. Plus tard cette année, à l’occasion de la COP28, une équipe de recherche dirigée par l’Université d’Exeter publiera le premier rapport mondial sur les points de basculement, l’évaluation la plus complète jamais réalisée des points de basculement climatiques et des points de basculement positifs qui pourraient aider à lutter contre la crise climatique.
    

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
Ajouter un commentaire