Le LCOE du photovoltaïque devrait chuter à 0,020 €/kWh d’ici à 2050, selon DNV - PV SOLAIRE ÉNERGIE

Le LCOE du photovoltaïque devrait chuter à 0,020 €/kWh d’ici à 2050, selon DNV

Selon le rapport Energy Transition Outlook 2023 publié par DNV, le coût actualisé de l’énergie (LCOE) du solaire photovoltaïque sera déjà proche de 0,020 $/kWh (0,019 €/ kWh) à l’horizon 2025.D’après pv magazine International, ANGELA SKUJINS
D’ici 2050, le coût moyen de l’énergie (LCOE) pour le solaire photovoltaïque sera de 0,021 $ (0,02 €)/kWh, prédit la société internationale d’enregistrement et de gestion des risques DNV, basée en Norvège, dans un nouveau rapport publié aujourd’hui. Le rapport Energy Transition Outlook 2023 – un document de 211 pages qui trace les tendances mondiales et régionales en matière d’énergies renouvelables jusqu’au milieu du siècle – prévoit que le LCOE du solaire photovoltaïque sera déjà proche de 0,020 $ (0, 019 €)/kWh d’ici à 2025.
Une réduction des coûts d’investissement unitaires, évalués aujourd’hui à 870 $ (820 €)/kW, est à l’origine de cette baisse, indique le rapport. « À mesure que le nombre d’installations photovoltaïques continue de doubler, ces chiffres sont voués à baisser, passant sous la barre des 700 $/kW peu après 2030 et se réduisant encore à 560 (527 €)$/kW d’ici 2050 », peut-on lire dans le texte.
Evolution du LCOE du PV dans le monde. Image : DNV
D’ici le milieu du siècle, l’énergie solaire photovoltaïque restera la source d’énergie la moins chère au monde, avec une capacité combinée de 15,3 TW, soit une multiplication par 13 par rapport à 2022. Le rapport précise que « nous prévoyons que la plupart des ajouts à la capacité solaire mondiale intégreront du stockage ».
L’Energy Transition Outlook 2023 prévoit que l’énergie solaire atteindra 54 % de la capacité de production installée d’ici à 2050, mais ne représentera que 39 % de la production d’électricité du réseau mondial. « Le rendement de production des centrales solaires sont inférieures à celles d’autres sources d’énergie renouvelables comme l’énergie éolienne et l’hydroélectricité, indique le document. Néanmoins, la raison majeure du déploiement du solaire réside dans la baisse de ses coûts ».
DNV s’attend à ce que la Chine et les États-Unis restent en tête des installations photovoltaïques mondiales au cours des deux prochaines décennies et demie, mais ces deux pays connaîtront un « léger fléchissement » d’ici à 2050 lorsqu’ils atteindront la saturation des installations. L’Inde, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord progresseront dans la hiérarchie solaire, triplant presque leur part, de 6 % et 3 % en 2022 à 14 % et 12 % au milieu du siècle, respectivement.
Le rapport prévoit que l’énergie solaire dépassera la production d’énergie fossile en Europe en 2030 en raison du « programme de décarbonation et de la politique de soutien à l’énergie solaire » de l’Union européenne. Cette « montée en flèche de l’énergie solaire » aura un effet d’entraînement sur les autres producteurs d’énergie renouvelable et sur le secteur nucléaire, ce qui entraînera une légère diminution des parts de marché.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
Ajouter un commentaire