La “success story” du solaire pourrait bientôt prendre fin, selon SolarPower Europe - PV SOLAIRE ÉNERGIE

La “success story” du solaire pourrait bientôt prendre fin, selon SolarPower Europe

Selon l’association, les États membres de l’UE ont installé un nombre « record » de 56 GW de capacités solaires au cours des 12 derniers mois, ce qui correspond à une croissance de 40 % d’une année sur l’autre au cours des trois dernières années. Mais l’association prévient que l’heure de gloire pourrait bientôt sonner, alors que les prix de l’énergie se stabilisent et que les taux d’intérêt des projets montent en flèche.D’après pv magazine International, Angela Skujins et Gwénaëlle Deboutte
L’énergie solaire a été installée à une vitesse « record » dans l’Union européenne pour la troisième année consécutive, a déclaré Walburga Hemetsberger, PDG de SolarPower Europe, lors de la publication d’un dernier rapport prévisionnel 2023-2027. Selon le document, les États membres ont installé un total combiné de 56 GW au cours des 12 derniers mois, ce qui correspond à trois années de hausse de 40 % d’une année sur l’autre. L’Allemagne a pris la première place en installant 14,1 GW, suivie de l’Espagne avec 8,2 GW, de l’Italie avec 4,8 GW, de la Pologne avec 4,6 GW et des Pays-Bas avec 4,1 GW. Le total des capacités de l’Union européenne est actuellement de 263 GW, soit une augmentation de 27 % par rapport à l’année dernière. Les prévisions pour 2025 sont de 73,8 GW, suivies de 84,2 GW en 2026 et de 93,1 GW en 2027.
Ces trois dernières années de « croissance extrêmement rapide » pourraient toutefois être suivies par un ralentissement, à mesure que les prix de l’énergie retombent à leurs niveaux d’avant la crise et que le paysage du développement photovoltaïque est de plus en plus « aggravé » par un « environnement inflationniste » marqué par des taux d’intérêt élevés. L’association prévoit que la croissance de l’année prochaine ne sera que de 11 %. La demande résidentielle pour l’énergie solaire sur les toits a également ralenti, avec une attente d’au moins un an pour que les instruments législatifs à grande échelle entrent en vigueur, a déclaré SolarPower Europe. « Malgré des résultats impressionnants jusqu’à présent, l’énergie solaire atteint un point critique où l’on décidera de la trajectoire de croissance future de la technologie d’énergie la moins chère, la plus polyvalente et la plus facile à déployer », selon le rapport.
« Nous ne pouvons pas accepter des délais de connexion au réseau de plus de quatre ans, nous ne pouvons pas tolérer la lenteur des progrès locaux en matière d’autorisation, nous ne pouvons pas risquer que les barrières commerciales ralentissent le déploiement, ni manquer l’occasion de délocaliser la fabrication de produits solaires en Europe, a regretté Dries Acke, directeur politique de SolarPower Europe. Cela signifie toutefois qu’il revient aux décideurs politiques de garantir de bonnes conditions d’investissement pour l’énergie solaire ». L’association recommande des modifications politiques pour soutenir l’expansion de l’énergie solaire en Europe. Il s’agit notamment pour la Banque centrale européenne de réduire le coût du capital pour les « investissements verts », d’améliorer la flexibilité du réseau, d’encourager la main-d’œuvre, d’améliorer les processus d’autorisation et de développer des chaînes d’approvisionnement solaires durables et « diversifiées ».
Zoom sur la France
L’objectif fixé dans la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) prévoit un parc photovoltaïque en fonctionnement de 20,1 GW à la fin de l’année 2023. Au début du mois de juillet 2023, le taux de réalisation de cet objectif s’élevait à 89 % (soit 18 GW). Cette année, le Syndicat français des énergies renouvelables (SER) a mis à jour sa feuille de route avec 65 GW à installer pour 2030 et 115 GW pour 2035. Des chiffres qui sont légèrement supérieurs à ceux du projet de “Stratégie française pour l’énergie et le climat”, qui  confirme l’objectif de 100 GW de photovoltaïque dans sa fourchette haute en 2030, correspondent à une cadence de 7 GW par an de nouveaux projets raccordés.
Comme le rappelle Salomé Durand, responsable Energie solaire & Chaleur solaire au SER, les appels d’offres restent le principal moyen d’atteindre les objectifs de croissance de l’énergie solaire, avec 3,2 GW prévus chaque année. Après une série d’appels d’offres sous-souscrits en 2022, le dernier appel d’offres pour les centrales photovoltaïques au sol en septembre 2023 a établi un record historique. 129 projets ont été sélectionnés et une capacité totale de 1,5 GW a été attribuée. Il s’agit de la plus grande capacité depuis que la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a commencé à lancer des appels d’offres. En août 2023, les autorités françaises ont conclu un appel d’offres pour des projets photovoltaïques sur toiture C&I, attribuant 378 MW de capacité solaire à 60 développeurs, marquant ainsi un autre succès de l’appel d’offres.
Selon elle, « le cadre s’aligne de plus en plus sur les réalités économiques actuelles » : le tarif de rachat “S21” « reflète désormais le niveau d’inflation et a été porté à 131 euros/MWh ». En outre, un tarif pour les projets au sol de moins de 1 MW devrait être introduit prochainement, ainsi qu’un tarif spécifique pour les zones non interconnectées.  Le segment « autoconsommation sans injection » est en très forte croissance ; il représente 11 % du volume total raccordé au premier trimestre 2023 et totalise 316 MW. Entre 2022 et 2023, le nombre d’installations en autoconsommation individuelle a augmenté de 77 % pour atteindre 325 000 installations, soit 1,6 GW de puissance installée. Aujourd’hui, 11 % de la capacité photovoltaïque française est utilisée pour l’autoconsommation individuelle. Parmi les mesures visant à accélérer le développement du solaire, les décrets de la loi d’accélération des énergies renouvelables (APER) adoptée en mars 2023 sont actuellement en cours de discussion. Ils portent notamment sur les obligations d’installation d’ombrières photovoltaïques sur les parkings et sur la création d’un cadre sur l’agrivoltaïsme et le partage de la valeur entre production d’électricité et revenus agricoles.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
  • Ajouter un commentaire