La République centrafricaine inaugure sa deuxième centrale solaire à grande échelle - PV SOLAIRE ÉNERGIE

La République centrafricaine inaugure sa deuxième centrale solaire à grande échelle

La République centrafricaine a inauguré un parc solaire de 25 MV avec stockage par batterie dans la localité de Danzi, à une vingtaine de kilomètres de la capitale Bangui. Le projet a bénéficié de financements de l’Association internationale de développement (ou l’IDA) de la Banque mondiale.La République centrafricaine a inauguré une centrale solaire de 25 MW avec stockage par batterie dans le village de Danzi, à 18 kilomètres environ de Bangui. C’est la deuxième installation photovoltaïque à grande échelle du pays avec celle de Sakaï (15 MW), qui a été inaugurée en mai dernier.
La nouvelle centrale a été développée dans le cadre d’un accord d’un entre le gouvernement centrafricain et la Banque mondiale qui a notamment financé sa construction via des subventions de l’Association internationale de développement (IDA). En contrepartie, le gouvernement a consenti à mettre en place des mécanismes de facilitées sous formes de contreparties nationales : apport en industries, subventions, fonciers, …
La centrale de Danzi devrait produire l’électricité correspondant à la consommation de 250 000 personnes et rapporter plus de 4 millions de dollars par an à la compagnie nationale d’électricité. Dans un communiqué, la Banque mondiale affirme que le parc solaire permettra une réduction nette des émissions de 670 674 tonnes de CO2.
Le projet s’inscrit dans le programme d’urgence pour l’accès à l’électricité (PURACELL), plus connu sous le nom de Champ solaire, qui vise à développer 43 MW de capacité de production d’énergie renouvelable dans la région de Bangui. Il est soutenu par un financement de la Banque mondiale de 65 millions de dollars (59,5 millions d’euros).
« Il s’agit du premier investissement sur plusieurs projets visant à développer l’énergie propre dans le pays, y compris l’énergie solaire à grande échelle, les mini-réseaux et les solutions hors réseau à usage domestique, ainsi que les installations publiques.  », explique l’institution.
D’ici à 2030, près de la moitié de la population centrafricaine devrait avoir accès à l’électricité, contre seulement 16% aujourd’hui. A date, il n’existe pas de plan directeur global pour le secteur de l’énergie/de l’électricité qui guide les politiques énergétiques, mais ce plan est développé grâce à un financement de la Banque mondiale dans le cadre du projet d’amélioration du secteur de l’eau et de l’électricité (PASEEL).
L’institution a expliqué vouloir appuyer le développement du secteur de l’électricité à travers le projet d’accès et de renforcement du secteur de l’électricité (PARSE) qui permettra de soutenir l’électrification en dehors de la capitale Bangui avec des projets de mini-réseaux et la distribution de kits solaires pour les ménages, les instances publiques, et les commerces.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
Ajouter un commentaire