Inauguration du parc solaire photovoltaïque de Munchhouse (Haut-Rhin) : une base aérienne pour l’envol du solaire en Alsace - PV SOLAIRE ÉNERGIE

Inauguration du parc solaire photovoltaïque de Munchhouse (Haut-Rhin) : une base aérienne pour l’envol du solaire en Alsace

Frédéric Bierry, Président de la Collectivité européenne d’Alsace et Thomas Tregoat, Responsable développement région Grand Est d’ENGIE Green ont inauguré le 11 octobre dernier une ferme solaire de 14,8 MWc sur l’ancien terrain de la base aérienne de Munchhouse. Une opération menée via un appel d’offres dit de Fessenheim !
La centrale solaire photovoltaïque de Munchhouse est équipée de 32 000 panneaux solaires qui produisent près de 17 000 MWh d’énergie verte par an, soit la consommation électrique annuelle d’environ 7 500 personnes. Elle évite l’émission de 4 000 tonnes de CO2éq marginales par an.
Un projet construit avec le territoire
ENGIE Green a développé le projet de Munchhouse après avoir été choisi par la Collectivité européenne d’Alsace pour répondre à l’appel d’offre du Ministère de la Transition écologique intitulé : « Transition énergétique du territoire de Fessenheim » remporté, en 2019. C’est un des 3 projets remportés dans le cadre de cet appel d’offre par ENGIE Green avec les centrales solaires de Volgelsheim et de Ligelios dans le Haut Rhin.
Le parc solaire photovoltaïque de Munchhouse est installé sur l’ancienne piste d’un aérodrome militaire désaffecté appartenant à la Collectivité européenne d’Alsace. Les 11 millions d’investissement de ce projet sont portés à hauteur de 60% par ENGIE Green, 20% par la Collectivité européenne d’Alsace et les 20% restants sont financés par l’investissement citoyen grâce à une campagne de financement participatif qui sera lancée début 2024.
Un projet respectueux de l’environnement
Des fouilles préventives ont été menées par l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives sur le site avant le début du chantier. Elles ont notamment mis à jour des tombes de la période mérovingienne des 5èmes au 8ème siècles. Des poses de longrines béton sur environ 1 hectare ont été effectuées pour préserver la zone.
Au terme des études environnementales, le projet photovoltaïque a réduit sa surface de 25 à 15 hectares, afin de respecter l’écosystème local en préservant notamment la biodiversité sur la forêt de la Hardt. Plusieurs mesures en faveur de l’environnement ont été engagées sur ce projet ayant reçu l’avis favorable de la Mission Régionale de l’Autorité Environnementale :
Réduction de la zone de construction pour préserver la pie grièche présente sur une partie du terrain.
Préservation d’une partie boisée sur 8 hectares, faisant partie du bois de la Hardt.
1 000 m² réservés à la replantation et préservation de la potentille de rocher, une plante inscrite sur la Liste Rouge UICN de la Flore menacée de France.
Aménagement des clôtures afin de préserver le déplacement de la petite faune locale.
Suivi de chantier annuel par un écologue, pendant 3 ans puis tous les 5 ans et ce durant les 20 ans d’exploitation du parc

    

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
Ajouter un commentaire