En Bretagne, Paredes expérimente l’autoconsommation avec revente partielle - PV SOLAIRE ÉNERGIE

En Bretagne, Paredes expérimente l’autoconsommation avec revente partielle

À Bréal-sous-Montfort, près de Rennes, le site logistique à énergie positive de Paredes, n°2 du marché de l’hygiène et de la protection professionnelles en France, va fonctionner à l’énergie solaire, grâce à 2 200 m² de surface de toit couvert de 1 167 panneaux photovoltaïques. La mise en service de l’installation est prévue au printemps.Lancé en pleine crise sanitaire, le projet de solarisation du site logistique de Ker Paredes, en Bretagne, a failli ne jamais voir le jour. Moins de quatre ans plus tard, cette opération d’autoconsommation, avec revente du surplus, est devenue une réalité, avec l’installation, en toiture du bâtiment, de 1167 panneaux photovoltaïques sur une surface de 2 200 m². Mais ce ne fut pas un long fleuve tranquille, comme l’avoue Gaëtan Brée, responsable du service QHSE/RSE, en charge du projet, à pv magazine France : « À un moment, c’était vraiment difficile, témoigne-t-il. J’ai longtemps cru qu’on n’y arriverait pas… » En cause : l’extrême complexité des procédures qui entourait, jusqu’en 2022, le montage juridique, financier et assurantiel de ce type d’opération, et son manque d’intérêt stratégique pour l’entreprise d’un point de vue économique et énergétique.
La « bonne nouvelle » est arrivée avec la publication des décrets d’application de la loi Climat et résilience, destinée à accélérer le développement des installations solaires sur bâtiments et offrant des conditions plus favorables à l’autoconsommation, avec revente partielle à EDF Obligation d’Achat. À partir de ce moment-là, tout change. Initialement promise au déficit, l’opération s’avère bien plus rentable, avec un retour sur investissement (ROI) raccourci à huit ans.
463 kWc de puissance installée
Le site abritant des matières dangereuses, aucun texte réglementaire n’obligeait Paredes à devoir installer des panneaux photovoltaïques sur son bâtiment logistique de plus de 1000 m². « Nous l’avons fait avant tout par conviction, insiste Gaëtan Brée, en choisissant de solariser l’ensemble des toitures, sauf sur les parties situées au-dessus de nos stocks de produits, comme les gels hydro-alcooliques, les aérosols, les détergents, les corrosifs… » Résultat : sur les 6 000 m² de surface de la plateforme logistique, conçue dès le départ pour être « PV compatible », notamment au niveau du renforcement structurel des toitures et de leur d’accès, plus d’un tiers ont été équipés de panneaux photovoltaïques Longi LR 5 (en 410 Wc). Leur rendement est estimé à 435 MWh annuels, soit l’équivalent de la consommation de 93 foyers français.
Réalisés sous la maîtrise d’œuvre de Akkad Ingénierie, les travaux ont débuté en septembre 2023, nécessitant l’intervention de différents corps de métiers. L’étanchéité a été confiée à Face Atlantique. « C’est une étanchéité classique pour un bâtiment logistique, sur laquelle on est venus coller, avec une membrane d’étanchéité bitumineuse, des systèmes de supportage en forme de H », précise le chef de projet. Le contrôle technique a été assuré par le bureau Alpes Contrôles, le lot Panneaux et local PV ayant été attribué à l’entreprise de génie climatique, électrique et de performance énergétique Hervé Thermique, également en charge de la maintenance de l’installation.
De nouveaux projets à l’étude
Alors que la pose des panneaux photovoltaïques vient de s’achever, l’ensemble de l’équipement sera réceptionné courant janvier. Ne restera plus qu’à attendre son raccordement au réseau électrique, pour une mise en service prévue en février ou mars prochain. D’une puissance de 463 kWc, la centrale offrira un maximum de production, en instantané, de 245 kWa, dans la limite inférieure du seuil du réseau haute tension. En comparant avec un bâtiment logistique de même taille implanté à Mulhouse, Paredes estime que son site rennais, autoalimenté en énergie solaire, générera trois fois plus d’électricité qu’il n’en consommera.
Au total, le groupe Paredes a investi 6 millions d’euros dans son site logistique dernière génération, dont une grande partie dédiée à l’autonomie énergétique du bâtiment. « Cette première expérience nous a permis de nous faire la main et de nouveaux projets sont l’étude dans la région lyonnaise, qui bénéficie en plus d’un meilleur ensoleillement », conclut Gaëtan Brée.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
  • Ajouter un commentaire