Deux Français parmi les plus grands développeurs PV mondiaux, selon Mercom - PV SOLAIRE ÉNERGIE

Deux Français parmi les plus grands développeurs PV mondiaux, selon Mercom

TotalEnergies prend largement la tête du classement grâce à sa politique de participations dans des développeurs locaux et de rachats d’actifs. A la septième position, EDF Renouvelables, filiale de EDF, affiche 7,6 GW de capacités solaires. pv magazine France revient à cette occasion sur le positionnement et la stratégie des deux groupes dans les renouvelables.Deux groupes français se classent parmi les 10 principaux développeurs solaires mondiaux, selon le dernier rapport édité par la société américaine d’investissement Mercom Capital Group : TotalEnergies qui se place largement en tête du classement et EDF Renouvelables en 7ème position.
Le premier dispose d’une capacité photovoltaïque totale de 41,3 GW dans le monde, constituée de 12 GW en exploitation, 3,8 GW en construction et 25,5 GW de projets remportés dans le cadre d’appels d’offres et de PPA et en phase de pré-construction (en date de juin 2023). A noter que l’énergéticien français est loin devant, puisque le deuxième du classement, Adani, dispose d’une capacité solaire totale de 18 GW.
Si TotalEnergies peut s’enorgueillir de cette force de frappe et d’une progression très rapide sur le marché des renouvelables, c’est en particulier grâce à sa stratégie de prises de participations dans des développeurs locaux. Ainsi, comme le précise Mercom, une part importante de sa capacité opérationnelle provient de sa participation de 50 % dans l’Américain Clearway Energy Group, de 49 % dans le Brésilien Casa dos Ventos et de sa participation de 20 % dans Adani Green Energy, filiale du conglomérat indien Adani Group.
La centrale photovoltaïque Myrtle Solar, située au sud de Houston (Texas), avec 380 MWc de puissance. Image : TotalEnergies

De plus, l’énergéticien français mène une politique offensive de rachats d’actifs et de partenariats stratégiques depuis plusieurs années : en juin 2023, le groupe a par exemple signé un accord de collaboration stratégique avec Gentari Renewables pour développer conjointement un projet solaire de 100 MW à Pleasant Hills en Australie. De plus, en mars 2023, TotalEnergies est entré sur le marché polonais en acquérant six projets solaires en cours de développement totalisant 200 MW.
Malgré son virage “multiénergies”, symbolisé par un changement d’identité il y a deux ans, TotalEnergies continue toutefois de tirer la très grande majorité de ses revenus des énergies fossiles. Selon son rapport annuel, les activités “vertes” ne représentent encore que 1,7 % de ses revenus, ce qui lui avait valu d’être épinglé par l’ONG Greenpeace en août 2023. Les bénéfices de 2022 sur la vente d’électricité se sont en effet élevés à 930 millions d’euros, à comparer aux 16,3 milliards d’euros pour l’exploration et la production de pétrole et aux 10,2 milliards d’euros dans le gaz naturel liquéfié (GNL). Pour autant, par rapport à d’autres groupes pétroliers comme BP ou Shell, le Français annonce de fortes ambitions dans les EnR et vise les 100 GW en 2030, contre 50 GW pour BP ou 60 GW pour Eni.
EDF Renouvelables, une forte présence mondiale
Autre Français à se classer sur le podium de Mercom, EDF Renouvelables, filiale de EDF consacrée à l’éolien, au solaire et au stockage. Elle affiche 7,6 GW de capacités solaires, réparties entre 2,9 GW opérationnels, 2,2 GW en construction et 2 563 MW en phase de pré-construction. Disposant d’une forte dimension internationale, l’entreprise de 4 514 personnes développe et exploite seule ou en partenariat des projets dans plus de 20 pays. Ses principales zones d’implantations historiques sont l’Amérique du Nord (États-Unis, Canada et Mexique) et l’Europe, à commencer par la France et le Royaume-Uni. Elle a par ailleurs engagé un rééquilibrage géographique en renforçant sa présence dans des pays à fort potentiel tels que l’Afrique du Sud, le Brésil, la Chine, l’Inde, les Émirats arabes unis, l’Arabie Saoudite, le Maroc et l’Égypte.
Parmi ses parcs solaires à grande échelle, citons par exemple celui de Palen aux États-Unis (457 MWc), celui de Pirapora au Brésil (307 MWc) ou SECI III en Inde (300 MWc). EDF Renouvelables détient aussi 20 % des parts du projet Al Dhafra de 2 GW aux côtés des émiriens Taqa et de Masdar. En France, elle a signé en mars 2023 un accord avec le Grand Port Maritime de Bordeaux pour ajouter un projet solaire de 40 MW au terminal portuaire du Verdon-sur-Mer en Gironde.
La centrale de Saumur (11,3 MWc). Image : EDF Renouvelables

Tout comme TotalEnergies, le groupe se distingue par ses prises de participation dans des développeurs et des projets locaux. D’après les informations contenues dans le rapport annuel 2022 de EDF, les participations détenues par EDF Renouvelables se situent majoritairement en Amérique du Nord et dans une moindre mesure en Europe, en Chine et au Brésil. Tout récemment, EDF Renewables UK et Ireland a par exemple fait l’acquisition de son partenaire, le développeur britannique SAS Energy, pour se renforcer sur le secteur du solaire C&I. La société a également annoncé l’acquisition de 17 projets solaires totalisant 407 MW en Allemagne auprès de MEC Group, un développeur de projets basé à Düsseldorf.
Pour son développement, EDF Renouvelables, qui a investi 766 millions d’euros en 2022, peut compter sur l’appui de sa maison-mère EDF qui a lancé en 2017 son Plan Solaire, qui vise à atteindre 30 % de parts de marché dans le photovoltaïque en 2035. Toutefois, selon son rapport annuel, EDF a produit en 2022 328 TWh d’électricité provenant du nucléaire, et seulement 23,7 TWh d’électricité éolienne et solaire. Dans le monde, son mix de production électrique est à 76 % composé du nucléaire et à 13,9 % des renouvelables, dont 8,2 % provenant de l’hydroélectricité.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
  • Ajouter un commentaire