Terre et Lac séduit un investisseur pour développer son portefeuille de 400 MW - PV SOLAIRE ÉNERGIE

Terre et Lac séduit un investisseur pour développer son portefeuille de 400 MW

Le fonds d’investissement Infranity a pris son ticket chez Terre et Lac en déboursant un peu plus de 100 millions d’euros à l’occasion d’une levée de fonds et d’une opération de rachat de parts. Le portefeuille PV sécurisé comporte 100 MW en toiture et 300 MW de centrales au sol et devrait être réalisé dans les quatre prochaines années dans toute la France.La société d’investissement Infranity a réalisé un investissement dans Terre et Lac à l’occasion d’une levée de fonds qui s’est accompagnée d’une part de rachat d’actions non précisée. Si le montant exact de l’opération reste confidentiel, Romain le Melinaidre directeur exécutif d’Infranity a confié à pv magazine que le ticket d’investissement se situait un peu au delà des 100 millions d’euros – conformément à la politique de la société qui engage entre 100 et 1500 millions par opération.
Terre et Lac possède un portefeuille de projets sécurisés de 400 MW. « Nous visons une mise en service progressive rapide pour les 100 MW de projets en toitures et une montée en puissance pour les projets au sol », explique Sébastien Fenet, directeur général de Terre et Lac qui rappelle que ce segment est une nouvelle activité pour la société.
Le portefeuille au sol comporte 300 MW de capacité répartie entre des projets allant de quelques mégawatts jusqu’à 40 MW, avec une moyenne de 20 MW de capacité par centrale. « Nous développons aussi des petites centrales inférieures à un mégawatt qui s’inscrivent dans le guichet ouvert », précise le dirigeant. Côté modèles d’affaires, il explique que la majorité du portefeuille se construit en appel d’offres, mais que plusieurs projets, en développement et en opération, sont également signé en contrat de gré à gré (contrats PPA).
Avec son nouveau partenaire, Terre et Lac va donc réaliser son portefeuille, dans une feuille de route tracée pour les trois ou quatre prochaines années. « L’idée est de supporter la croissance au delà du portefeuille de projet actuel », précise Romain le Melinaidre qui ajoute que la croissance externe pourra être envisagée, soit sous la forme de rachat de projets, soit par l’acquisition de sociétés.
Pour la croissance organique, le déploiement géographique a été lancé en 2023 avec l’ouverture, en fin d’année, d’une agence Terre et Lac à Bordeaux qui couvrira l’activité en Nouvelle Aquitaine – sachant que l’entreprise est historiquement basée dans le quart sud-est. Sébastien Fenet nous a confié que d’autres ouvertures d’agences sont prévues en 2024.
Le potentiel identifié par Terre et Lac et son nouvel investisseur est notamment la solarisation des grandes toitures industrielles et commerciales. Pour ce faire, l’entreprise entend recruter sur tous les métiers pour atteindre quelque 130 salariés d’ici fin 2026.
Questionné sur les difficultés d’approvisionnement qui ont secouées le marché au cours des deux dernières années, Sébastien Fenet explique que Terre et Lac a pu sécuriser son approvisionnement en onduleur avec une grosse commande et donc éviter les blocages sur ses projets. « Le stress se situe plutôt, comme pour les autres développeurs, sur les chaînes de sous-traitances d’installation. »

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
Ajouter un commentaire