La ruée vers les modules solaires de balcon à brancher ne se dément pas en Allemagne - PV SOLAIRE ÉNERGIE

La ruée vers les modules solaires de balcon à brancher ne se dément pas en Allemagne

L’intérêt des consommateurs allemands pour les appareils solaires à brancher, également connus sous le nom de panneaux solaires de balcon, continue de défier toutes les prévisions. Selon les données de l’Agence fédérale allemande des réseaux, le nombre d’installations déclarées en Allemagne est passé de 137 000 (en 2022) à 230 000 au seul premier semestre 2023. Les spécialistes du secteur estiment que le nombre réel s’élèverait même à 800 000 si l’on compte les appareils non déclarés.
Les politiques, les associations et les groupes d’intérêt constatent que les citoyens s’engagent de façon débridée dans un monde énergétique décentralisé et renouvelable grâce aux appareils solaires à brancher. Les panneaux solaires de balcon font entrer la production d’énergie solaire dans le salon des consommateurs privés. La rentabilité n’est pas automatiquement au rendez-vous de chaque installation, mais les bénéfices pour la société sont indéniables.
Qu’est-ce qu’un panneau solaire de balcon ?
Sont considérés comme des panneaux solaires de balcon, centrales de balcon ou appareils solaires à brancher, également appelés mini-installations photovoltaïques, les installations dont la puissance d’alimentation maximale est inférieure ou égale à 600 watts (W) pour la puissance de l’onduleur. Les modules PV des panneaux peuvent être installés sur n’importe quelle surface extérieure, par exemple les balcons, les toits, les murs extérieurs ou les jardins. Le raccordement au réseau électrique domestique s’effectue le plus souvent via une prise Schuko. Cela permet d’alimenter directement le foyer en électricité, qui y est habituellement consommée en intégralité. La procédure de déclaration d’un panneau solaire de balcon relevant de la « limite de minimis » est nettement simplifiée, contrairement aux installations plus puissantes.
Solaire à brancher : importance économique et sociale
« Les Berlinois veulent produire leur propre électricité », titrait le Berliner Zeitung en mai 2023. Mais il n’y a pas que les Berlinois. Toute l’Allemagne s’intéresse soudain aux appareils solaires à brancher. Des systèmes complets sont disponibles chez les discounters et dans les magasins de bricolage, du « Solar2Go » si l’on peut dire. Qu’est-ce qui se cache derrière ? Les citoyens se sentent capables de devenir autosuffisants en utilisant les propres espaces dont ils disposent, face aux prix galopants de l’énergie. Ils considèrent les panneaux solaires à brancher comme des outils leur permettant de réduire leur facture d’électricité. Souvent, vouloir contribuer personnellement au changement vers une production d’électricité durable en Allemagne joue également un rôle dans leur motivation. Les avantages de ce type d’installation pour balcon sont évidents : l’énergie est à la portée de tous les citoyens, qui peuvent tous s’impliquer. C’est un coup d’accélérateur à la transition énergétique. Les réseaux sont soulagés par la consommation sur site. Et les profanes en matière de technologie deviennent soudain accrocs à leur téléphone portable pour suivre le rendement de leur mini-installation photovoltaïque via une application. À l’étape suivante, les consommateurs adaptent leur comportement d’utilisation pour mettre en marche les appareils ménagers tels que le lave-vaisselle et le lave-linge à l’heure du déjeuner, lorsque leur installation génère le plus d’électricité.
Panneau photovoltaïque de balcon : rentabilité et rationalisation des ressources
Certains éléments indiquent pourtant qu’il ne faut pas voir que le bon côté des choses avec les installations solaires de balcon : Georg Zachmann, Senior Fellow pour la politique énergétique et climatique chez Bruegel, a souligné le rôle économique secondaire des capacités de production issues du solaire de balcon à l’occasion d’un webinaire. Leur rendement énergétique est en effet limité par leur surface restreinte et leur orientation qui n’est pas optimale. Selon Georg Zachmann, le thème de la rationalisation des ressources doit également être pris en compte dans l’évaluation : à chaque micro-onduleur d’une centrale de balcon coïncide une consommation de matières premières, ce qui fait nettement monter le prix par kilowatt (kW) de puissance électrique installée par rapport aux grandes installations.
De nombreux Länder encouragent les panneaux solaires de balcon
Des aides financières directes à l’achat incitent particulièrement à l’acquisition d’une mini-installation photovoltaïque en Allemagne actuellement. De 50 à 1450 euros forfaitaires par installation, les montants des subventions varient selon le lieu de résidence. Les aides sont particulièrement généreuses par exemple à Heidelberg (jusqu’à 1450 euros avec un reste à charge de 50 euros) ou à Bonn (de 300 à 800 euros). L’État fédéral de Mecklembourg-Poméranie occidentale reste malgré tout le leader allemand en matière de panneaux solaires de balcon, si l’on rapporte le nombre d’installations au nombre d’habitants. C’est en Rhénanie-du-Nord-Westphalie que l’on trouve le plus grand nombre d’installations.
Alimentation à partir des panneaux solaires de balcon
Le thème de l’alimentation en électricité à partir des panneaux solaires de balcon reste un concept flou chez les consommateurs. Actuellement, aucune rétribution pour l’injection dans le réseau n’est prévue dans le formulaire simplifié d’inscription auprès du gestionnaire de réseau, ni dans le registre des données de base du marché. Autrement dit : si un panneau solaire de balcon produit plus d’électricité que n’en consomme le ménage, la quantité restante est injectée dans le réseau public, sans que le ménage reçoive de rémunération en contrepartie.
Compteurs à rebours sur les panneaux solaires de balcon
Une exception toutefois : les panneaux solaires de balcon qui fonctionnent dans un foyer avec un compteur Ferraris à rebours. Actuellement, cela est encore interdit ; le remplacement du compteur doit être effectué par le gestionnaire de réseau avant la mise en service de l’installation. Toutefois, à partir de 2023, les compteurs seront probablement autorisés pendant une période de transition de quatre mois à compter de l’inscription, jusqu’au remplacement du compteur par le gestionnaire de réseau (voir le paquet de mesures pour le photovoltaïque « Solarpaket I »).
Compte tenu de ce qui précède, les consommateurs se posent à juste titre des questions : « Pourquoi donner de l’électricité ? N’ai-je pas intérêt à demander un rachat de l’électricité produite ? ». La réponse est oui, mais il convient d’examiner très attentivement si cela en vaut vraiment la peine. En effet, la puissance des installations solaires à brancher étant fortement limitée, l’électricité est dans la grande majorité des cas consommée directement dans le foyer avec des appareils fonctionnant en permanence (réfrigérateur, routeur Wi-Fi, etc.). La demande de rachat implique par ailleurs des obligations financières et administratives : les frais de remplacement du compteur par l’exploitant du réseau (100 euros) ainsi que la taxe sur les points de mesure (20 euros par an) sont à la charge de l’exploitant de l’installation. Ceci est à mettre en regard du prix de rachat de l’électricité de seulement 8,2 centimes d’euro par kilowattheure (kWh).
Appareils solaires à brancher combinés à des accumulateurs
Pour ceux qui ne veulent pas faire cadeau de l’électricité produite en surplus ou qui souhaitent que l’électricité qu’ils produisent eux-mêmes soit disponible à toute heure pour leur consommation, il existe déjà sur le marché de nombreux systèmes de stockage de balcon dont la capacité va jusqu’à 2,2 kWh. Pour déterminer si une solution de stockage est économiquement intéressante, il est possible de comparer la production d’électricité des panneaux solaires de balcon à la mesure de la consommation. Cela permet de déterminer la quantité d’électricité réellement « offerte » au réseau.
Panneau solaire de balcon de 800 W
De même, dans le document stratégique présenté par le BMWK (ministère fédéral de l’Économie et de la Protection du Climat), le « Solarpaket I » prévoit une augmentation prochaine de la limite de minimis à 800 W pour la puissance de l’onduleur. On s’attend à ce que cela soit possible à partir de janvier 2024. Actuellement, il est déjà possible d’installer des modules PV d’une puissance supérieure à 600 W sous la forme de panneau solaire de balcon, afin d’exploiter à tout moment de façon optimale l’onduleur dont la puissance est limitée à 600 W.
    

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
Ajouter un commentaire