Jean Jouzel : « tripler [les énergies renouvelables] en France d'ici 2030, cela ne va pas être simple… » - PV SOLAIRE ÉNERGIE

Jean Jouzel : « tripler [les énergies renouvelables] en France d’ici 2030, cela ne va pas être simple… »

Nous poursuivons aujourd’hui la publication des vidéos de la journée commémorant le 50ème anniversaire du congrès de l’UNESCO « Le soleil au service de l’Homme ». La journée s’est déroulée le 12 décembre 2023 au Collège de France.
Aujourd’hui, intervention de Jean Jouzel, climatologue, ancien vice-président du groupe scientifique du GIEC
« Merci de m’avoir invité et d’avoir organisé ce colloque. On en a déjà eu un dans cette salle il y a combien, 4 ans ?  Oui 4 ans. Merci Jean-Louis (Bal),  merci à Wolfgang (Palz) d’être là. Oui, effectivement, je pense qu’une des bonnes nouvelles de Dubaï c’est ce de tripler la puissance des renouvelables d’ici 2030. Je crois que le chiffre cité est 13 térawatts. C’est peut-être la seule bonne nouvelle actuellement mais les négociations ne sont pas terminées. Jules (Nyssen) me disait qu’il y a quand même des hauts et des bas dans le renouvelable mais on peut considérer que c’est peut-être une bonne nouvelle.
Peut-être quelques chiffres pour rappeler ce que dit le GIEC par rapport au renouvelable. D’après le rapport du GIEC, on émet environ 45 milliards de tonnes de gaz carbonique chaque année dont 38 milliards liés aux combustibles fossiles. On doit y ajouter 12 à 15 milliards pour les autres gaz à effet de serre. On arrive à peu près à 60 milliards, en fait un peu moins entre 55 et 60 milliards d’équivalent CO2 . Ce que nous dit le rapport du GEC c’est que si nous nous étions retroussé les manches, peut-être le fera-t-on,  entre aujourd’hui et 2030, nous aurions pu grosso modo gagner 10 milliards de tonnes avec le renouvelable, alors solaire et éolien, largement, biomasse, et dans le meilleur des cas 1 milliard de tonnes pour le nucléaire et aussi un milliard de tonnes pour le piégeage et stockage du CO2. Effectivement ça montre qu’actuellement solaire, disons renouvelable, piégeage-stockage du carbone et nucléaire sont sur la même ligne, comme s’ils étaient au même plan.  Il y a une différence, c’est très clair, je rappelle simplement qu’à l’échelle planétaire, si on arrive à la neutralité carbone à horizon 2050 ça sera très, très largement, grâce au renouvelable. Voilà pourquoi c’est une des seules bonnes nouvelles pour le moment, cependant les négociations ne sont pas terminées.
Il n’y a pas vraiment d’ambition dans les propositions qui sont faites. Je ne sais pas si certains d’entre vous les ont vues. Il y a un 4ème document qui est en train d’être discuté. Il doit être midi à peu près à Dubaï. Le Président al-Jaber aurait souhaité que ça se termine à midi mais je ne pense pas que ce soit le cas. Le problème, quand même la mauvaise nouvelle, alors qu’on envisage de tripler le potentiel de renouvelable d’ici 2030 c’est qu’on n’envisage pas pour le moment de diminuer les émissions liées au combustible fossiles. C’est tout ça le problème, car pour le moment c’est en additif alors qu’il faudrait, évidemment, commencer enfin à dire que le renouvelable remplace vraiment une utilisation des combustibles fossiles. C’est le souhait que nous avons tous je crois car nous sommes délibérément vraiment toujours sur cette trajectoire conduisant vers + 3° dans la deuxième partie de ce siècle.
C’est-à-dire que des régions, tropicales, équatoriales, pourraient devenir invivables, et qui, au sens du GIEC, sont tout simplement des régions où on ne peut pas avoir d’activité normale, physique ou sportive à l’extérieur.  Pour le GIEC c’était une hypothèse assez lointaine et puis en juillet dernier, en Iran, la température à atteint entre 50 et 55°. Le gouvernement iranien n’a eu d’autre solution que de demander à ses ressortissants de rester chez eux. C’était tout simplement invivable au sens du GIEC. Si vous regardez une carte à + 3° et bien dans beaucoup de régions tropicales et équatoriales deviendront invivables sur une certaine partie de l’année. C’est quand même ce qu’on est en train de faire actuellement.
Donc, voilà, je plaide bien sûr pour le développement du renouvelable, du solaire, mais de l’ensemble des renouvelables. Pour les méthodes complémentaires, le nucléaire ne sera toujours qu’un complément, le piégeage stockage du carbone pose vraiment une question d’éthique. C’est-à-dire que, voilà, on est parti pour continuer à émettre du gaz carbonique et à utiliser des combustibles fossiles et à demander finalement, parce que dans le meilleur des cas ça ne serait que quelques pourcents d’extraction, aux jeunes d’aujourd’hui d’enlever de l’atmosphère ce que nous y mettons aujourd’hui. Et ça,  du point de vue éthique, c’est un véritable problème.
En tout cas je prends comme une bonne nouvelle cette ambition du renouvelable affichée à la COP et qui qui va certainement être acceptée, ça c’est très clair. Après il faut la faire. Ce n’est pas si simple de tripler. Je ne sais pas pour la France, Jules (Nyssen) vous connaissez peut-être mieux les chiffres que moi, mais tripler en France d’ici 2030, cela ne va pas être simple si on s’aligne là-dessus.
Voilà, je suis très heureux d’être avec vous. Merci de m’avoir invité. C’est vraiment un très bel anniversaire. Merci beaucoup »

Les participants à la conférence du Collège de France lancent un « Appel à agir ensemble » qu’ils vous invitent à signer et à faire signer.
Voici le texte de l’Appel

    

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
  • Ajouter un commentaire